jeudi, 05 novembre 2020 03:55

Donner envie à la jeunesse d'intégrer l'agriculture

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Outre les comptes rendus de groupe de travail de l'APCAM, de nombreux travaux sur le monde agricole, sont conduits : rapports d'études, thèses ou mémoires de recherche, reportages détaillés et approfondis. Ils constituent une richesse dans laquelle l'APCAM à le devoir de puiser. Cela renforce notre réflexion et notre contribution à la construction d'une politique agricole nous conduisant à l'autosuffisance alimentaire et à la création d'une puissance agricole sahélienne. Nous faisons crédits et emprunts aux auteurs en citant nos sources. En cas d'oubli de notre part ou le désir de ne pas voir citer vos travaux (hors de contexte d'un financement public), merci de nous le signaler par la fiche contact. Les travaux les plus signicatifs du thème abordé sont proposés, sous forme de pièces jointes au téléchargement.

Depuis soixante ans, la part de la population rurale africaine a progressivement baissé : en 1950, 85 % des Africains étaient des ruraux contre 60 % en 2015 (Nations unies, 2014b). Toutefois, en valeur brute, le nombre de ruraux continue d’augmenter : sur l’ensemble du continent, il a ainsi doublé depuis 1980 (Nations unies, 2014b et 2015). Les situations sont très différentes d’un pays à l’autre : 80 % de la population active du Mali est rurale, pour à peine 15 % de la population du Gabon.

Au Mali, 18 000 jeunes arrivent sur le marché du travail chaque année. La situation économique en milieu rural les pousse à migrer vers les villes ou l'étranger où trouver un emploi s'avère une gageure tout aussi grande. Ce constat a conduit les pouvoirs publics à mettre en place une politique nationale de formation professionnelle agricole et rurale pour lutter contre l'exode rural.

Ce que peut faire un centre de formation

Créé en 2010, le Centre de Formation en Entrepreneuriat Agricole de Baguinéda (CFEAB) est une initiative de l’Association Jeunesse Action- Mali (AJA-Mali) qui a bénéficié du soutien de la Principauté de Monaco, de Carrefour International et la Direction Nationale de la Formation Professionnelle.

Il est situé dans la Commune rurale de Baguinéda (Nord –Est) et précisément à côté du village de Sincoro-coura, à 13 Km de ville de Baguinéda et à 48 Km de Bamako.

Il a pour mission de former des jeunes déscolarisés, non scolarisés et ceux qui sont en situation précaire, âgés de 18 à 35 ans afin de leur doter de compétences techniques et entrepreneuriales en agro sylvo pastoral artisanal et énergétique.

Pour assurer sa vocation de formation, le CFEAB organise des sessions de formation qui s’appuient sur le modèle de la formation action qui consiste à privilégier la pratique à la théorie enoccurrence de 80% des temps de formation axé sur un produit fabriqué sur la base du savoir-faire faire du formateur. Ces formations drainent les personnes au niveau du centre à même titre que les ateliers et les séminaires.

Les volets de formation sont : la fabrication et réparation de matériels agricoles, le maraichage, la transformation agro-alimentaire, l’aviculture, la pisciculture, l’embouche et l’énergie solaire. Environ 15 personnels constitués des agents des volets et du staff du CFEAB assurent la fonctionnalité du Centre.

Le CFEAB possèdeles infrastructures suivantes dédiées à la formation, la restauration et l’hébergement :

  • amphithéâtre (grande salle de 200 places) ;
  • salles de classes : Capacité : 30 places par salle, soit 90 places ;
  • dortoirs : Capacité totale100 lits ;
  • case ronde de huit (08) chambres : Capacité de 32 lits ;
  • Restaurant : une salle de 200 couverts, une cuisine et des matériels de cuisine, un four à pizza, un four électrique, un frigo, une fontaine, un extracteur de jus …

« Ici, la situation économique est vraiment difficile pour les femmes. Nous allons au champ, gérons de petits commerces. Nous pouvons gagner jusqu’à 1 000 francs CFA [1,50 euro] par jour, mais ce n’est pas assez pour vivre » « La transformation alimentaire est un défi majeur » souligne des personnes en formation.

La région de Baguinéda, où se concentre une population pauvre, dans le sud du Mali fait face à une grande précarité. Le chômage explose et touche ne premier les jeunes ruraux, Aussi il faut des initiatives de formation et d'entreprenariat afin de sortir tout ce monde de la grande pauvreté.

Pour en savoir plus sur la jeunesse ruale du Mali => ICI. ou LA

Lu 64 fois Dernière modification le vendredi, 20 novembre 2020 12:27

Éléments similaires (par tag)

Media

Mali Buzz Mali Buzz
Plus dans cette catégorie : « La femme rurale au Mali

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.