Un exemple la France : La France et le Mali entretiennent des relations privilégiées et anciennes. Sur les 25 dernières années, l’aide publique au développement mobilisée par la France s’est élevée à plus de 1 130 milliards de FCFA (1,7 milliard d’euros). Partiellement suspendue en 2012, suite aux événements politiques et sécuritaires, la coopération au Mali a, depuis, repris à un niveau tout à fait important.

Une coopération bilatérale renouvelée et inscrite dans la durée…

Ce soutien s’est matérialisé le 15 mai 2013, à Bruxelles, par la Conférence « Ensemble pour le renouveau du Mali », organisée conjointement par le Mali, la France et l’Union européenne, qui a permis de mobiliser plus de 2 000 milliards de FCFA (3,3 milliards d’euros) de promesses d’aide, provenant de 56 bailleurs bilatéraux et multilatéraux. L’engagement bilatéral de la France portait sur un total de 183 milliards de FCFA (280 millions d’euros) sur la période 2013-2014, pour soutenir la mise en œuvre du Plan de relance durable du Mali (PRED), faisant de notre pays le premier bailleur bilatéral. Ces engagements pris par la France ont été tenus et même dépassés. Entre début 2013 et fin 2014, c’est un total de 203 milliards de FCFA (309 millions d’euros) que la France a engagé en faveur du Mali.

Ce soutien se poursuit. Lors de la conférence organisée le 22 octobre 2015 à Paris par l’OCDE, le Président Hollande a annoncé que la France soutiendra le Mali à hauteur de 236 milliards de FCFA (360 millions d’euros) pour la période 2015-2017.
En 2015, l’Agence française de développement (AFD) a accordé plus de 83 milliards de FCFA (130 millions d’euros) de financements nouveaux à la République du Mali. Parmi ceux-ci figurent : 26 milliards de FCFA (40 millions d’euros) en faveur du secteur de l’énergie ; 6,5 milliards en faveur de celui de l’éducation (10 millions d’euros) ; 35 milliards pour le secteur de l’eau et de l’assainissement (53 millions d’euros) ; et 16 milliards (24 millions d’euros) en faveur du secteur bancaire.
Par ailleurs, en avril 2015, la France a procédé à une mesure d’annulation de la dette malienne pour 43 milliards de FCFA (65,5 millions d’euros). Cette annulation permet de solder la dette monétaire du Mali. Elle témoigne de l’engagement de la France à soutenir les efforts de développement économique et social du Mali, ce qui constitue l’élément clef pour la consolidation de la paix et la stabilisation de ce pays ami.

…à laquelle s’ajoutent les instruments financiers multilatéraux

En complément de cette aide bilatérale, la France apporte une forte contribution via son aide multilatérale. L’aide publique au développement de la France mobilisée au Mali à travers les instruments financiers multilatéraux s’élève à près de 40 milliards de FCFA (61 millions d’euros) par an.

La France est le second contributeur Fonds européen de développement (FED). Au titre du XIe FED, dont l’enveloppe totale pour le Mali est de 403 milliards de FCFA (615 millions d’euros) sur la période 2014-2020, la contribution française s’élève à 71 milliards de FCFA (108 millions d’euros). Le Programme indicatif national (PIN) du XIe FED sera concentré sur quatre secteurs principaux : réforme de l’Etat et consolidation de l’Etat de droit ; développement rural et sécurité alimentaire ; éducation ; infrastructures routières.

La France est également l’un des principaux contributeurs aux initiatives multilatérales en matière de santé : premier contributeur à la facilité pour l’achat de médicaments UNITAID ; second contributeur au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ; et quatrième contributeur à l’alliance GAVI pour la vaccination. Au total, la quote-part française aux financements apportés par les différents fonds au Mali, incluant le Fonds français Muskoka, a représenté 25,6 milliards de FCFA (39 millions d’euros) entre 2000 et 2014. En 2014, la part de la France sur les décaissements des subventions du Fonds mondial au Mali s’est élevée à 2,3 milliards de FCFA (3,5 millions d’euros).